Mon séjour - mes visites 0

Le Rhin parcourt 1233 kilomètres depuis le massif du Saint-Gothard (Suisse), où il prend sa source, jusqu’à la Mer du Nord (Pays-Bas) ; il traverse la plaine d’Alsace sur 183 km entre Huningue et Lauterbourg et forme la frontière entre la France et l’Allemagne.

©OTPSL

 Maîtrisé par sa régulation

Le Rhin, dans sa partie supérieure, a subi différents aménagements : correction, régulation et canalisation entre le 19ème et le 20ème siècle ; à partir des écluses d’Iffezheim, le Rhin a connu des travaux de correction et de régulation, il est à courant libre jusqu’à son embouchure en mer du Nord sans rencontrer aucun barrage.  Les eaux du Rhin baignent les berges (18km) de Beinheim, Seltz, Munchhausen, Mothern et Lauterbourg, les rives de ces cinq communes françaises du Rhin à courant libre, sont de ce fait soumises aux variations des niveaux d’eau générées par la fonte des neiges des alpes suisses, des massifs vosgiens et de la  forêt noire ou par les pluies d’orages.

Lors des travaux de correction, les eaux du Rhin ont été rassemblées dans un lit mineur entre deux berges ou digues de corrections distantes de 220m à 250m ; en période de crue ces digues de correction sont submergées et le champ d’inondation des eaux du Rhin est délimité par des digues d’inondation ou digues des hautes eaux (DHE). Lors d’une crue importante du Rhin chaque commune riveraine du Rhin est tenue de participer à la lutte contre les inondations (surveillance des DHE) en application de la loi locale du 2 juillet 1891.

En se promenant sur la digue de correction et  en fonction du niveau de l’eau, vous pourrez apercevoir les épis qui ont été érigés lors des travaux de régularisation au 20ème siècle ; ils sont constitués d’enrochements et sont implantés perpendiculairement aux berges du Rhin. On peut distinguer des épis courts et des épis longs qui ont pour but :

©OTPSL

 

 

  • d’augmenter la longueur du chenal navigable,
  • de ralentir les vitesses du courant et de les dévier dans la partie navigable ;
  • de permettre un auto-curage du chenal navigable et donc de faciliter la navigation,
  • de piéger les graviers charriés par le Rhin.

 

 

 

 Une utilité marchande certaine

©OTPSL

Il faut dire que le Rhin est très fréquenté sur ce secteur ; le trafic journalier est d’environ 110 bateaux transportant environ 100 000 tonnes de fret (marchandise) très diversifié : céréales, produits métallurgiques, en passant par les engrais, les graviers, le bois, les produits pétroliers, les produits chimiques... Le transport par porte-conteneurs évolue chaque année, il permet de transporter plusieurs centaines de conteneurs par bateaux et par jour délestant ainsi le réseau routier. Vous pourrez admirer les bateaux de croisière fluviale, vrais hôtels de luxe à destination du Rhin romantique, Rotterdam... mais également en période estivale de nombreux yachts de plaisance et sur ce fleuve international, vous pourrez identifier les pavillons d’une dizaine de nations.
 

©OTPSL

L’activité fluviale sur le Rhin s’effectue en continu 24 heures sur 24 heures et 365 jours de l’année, elle n’est freinée ni par le brouillard, ni par la nuit. Seules les hautes eaux perturbent le trafic et les bateaux sont dirigés dans les ports par mesure de sécurité. Grâce aux équipements modernes embarqués sur les bateaux (radar, radio, écho-sondeur, cartographie, positionneur par GPS...) la navigation sur le Rhin est sécurisée et les accidents ou incidents sont rares.